> > > Antonia de Rendinger : l'élégance de l'humour

Antonia de Rendinger : l'élégance de l'humour

[Rubrique : Culture] | Publié le : 01/02/2014



 Après s'ĂŞtre fait brillamment remarquer dans l'Ă©mission On ne demande qu'Ă  en rire, devenant en seulement quelques mois l'une des rĂ©vĂ©lations fĂ©minines de l'humour, Antonia de Rendinger est de retour sur la scène du Théâtre des Mathurins pour interprĂ©ter son spectacle Ă  succès Travail, Famille, Poterie. Un spectacle Ă  l'image du talent qu'elle avait laissĂ© entrevoir lors de ses quelques passages Ă  la tĂ©lĂ©vision. Travail, Famille, Poterie prĂ©sente une galerie de personnages qui dĂ©filent dans un immeuble sous les yeux d'une concierge âgĂ©e, fil conducteur de ces destins disparates aux humanitĂ©s variĂ©es. Car le spectacle d'Antonia, plus proche du vĂ©ritable théâtre que de l'humour "one man show" habituel, rĂ©ussit le pari de transmettre avec humour une Ă©motion rĂ©elle en nous mettant face Ă  nos maladresses, mais aussi Ă  nos faiblesses en tant qu'ĂŠtres. Travail, Famille, Poterie est Ă©crit, jouĂ© et organisĂ© avec gĂ©nie, captivant son spectateur tout du long. On souhaiterait ne jamais partir de ce dĂ©cor volontairement vieillot et usĂ© dans lequel Antonia nous a chaleureusement accueilli pour un grand moment de théâtre oĂą la comĂ©dienne allie humour et Ă©lĂ©gance. 

A cette occasion, GuideParisMode a rencontré la comédienne, aussi sympathique sur scène que dans la vie pour une interview exclusive !

Antonia débarque une mini-jupe jaune fluo au-dessus de ses collants et une trottinette sous le bras. Elle vient tout juste de finir l'enregistrement de la nouvelle émission de Laurent Ruquier au Moulin Rouge, l'Emission pour tous. Grimée en centenaire, elle a interprété avec sa vigueur habituelle le sketch du thème qui lui a été proposée. C'est néanmoins radieuse qu'elle se présente à nous.

Nous commençons par l'interroger sur sa particule, en se demandant si l'humoriste provient d'une famille noble, ce à quoi elle répond par la positive : "c'est une famille de la noblesse française. Il y a des personnes dans ma famille qui sont plus attachées à ça que moi. Je suis d'une famille de gens chouettes, ça me suffit." La famille reste cependant une valeur importante, d'où d'ailleurs le titre de son spectacle et une source d'inspiration : "je sens que ça a une influence sur ma notion de Famille. J'ai une très grande famille et on a des liens très étroits. Le mariage, c'est 400 personnes à table."


"Je suis très efficace quand je suis seule"


Loin pourtant des conventions, c'est de l'art de l'improvisation que vient la comédienne Antonia : "c'est pour moi un grand secours de savoir rebondir, être capable d'avoir de l'à-propos. Je viens de l'impro, je le revendique vraiment comme mon école." Une école qui engagera Antonia sur la chemin de la comédie, de la scène puis sur les plateaux de télévision. Avant On ne demande qu'à en rire qui la consacre, c'est à Plié en 4 que certains auront eu la chance de la découvrir. Deux émissions aux concepts et aux ambiances bien différentes : "Dans Plié en 4, on jouait des sketchs qui existaient déjà. C'était vraiment de la rigolade, tout le monde était très détendu. C'était vraiment très amical. On ne demande qu'à en rire, ça reste un télé-crochet dans lequel il y avait un impératif d'audimat qui n'est pas du tout le même. On sent qu'on est dans une très grosse industrie. On a beaucoup plus une espèce d'instance de surveillance. C'est pas le même exercice, ni le même objectif."

Antonia joue alors son premier spectacle Itinéraire d'une enfant râtée, avant de collaborer avec Sebastien Bizzotto pour le spectacle Pour le prix d'un. Le spectacle en duo a bien évidemment été une expérience différente du seul-en-scène : "le travail seul est beaucoup plus stressant parce qu'on a pas le regard de l'autre et on s'amuse moins avec soi-même. Quand je répète seule, je me fais pas hurler de rire. Quand on répète à deux avec un comédien, on prend des fous rires. En même temps, je suis très efficace quand je suis seule parce qu'il y a moins de digressions."

Finalement, Antonia est réellement découverte à l'époque de son 2e spectacle solo, Travail, Famille, Poterie, notamment grâce à des passages remarqués dans l'émission On ne demande qu'à en rire...


"C'est enthousiasmant de se prendre un Ă©norme kif"


L'Ă©mission existait depuis deux ans quand Antonia y fait son premier passage. Une arrivĂ©e assez tardive qui est due Ă  la volontĂ© de la comĂ©dienne : "je ne cautionnais pas le concept de l'Ă©mission et j'Ă©tais morte de trouille Ă  l'idĂ©e de devoir me lancer dans ce type d'aventure. Ce qui m'a dĂ©cidĂ©, c'est que je me suis rendue compte que la quasi totalitĂ© de la programmation des cafĂ©s-théâtres et des théâtres d'humour en France ne programmaient que des artistes qui Ă©taient passĂ©s par la tĂ©lĂ©vision et notamment par On ne demande qu'Ă  en rire. Mes premiers passages ont Ă©tĂ© très marquants et  m'ont permis de me faire une place tout de suite dans le top 5 des comĂ©diens de l'Ă©mission et ça m'a beaucoup aidĂ©e." 

L'expérience, aussi bénéfique soit-elle, n'a pourtant pas été toujours facile et Antonia nous révèle que s'il y avait eu une quatrième saison, elle ne l'aurait peut-être pas faite : "c'est un exercice très très dur". Un évènement en particulier a chamboulé la carrière d'Antonia. Un évènement qui avait pourtant semblé être sa consécration mais qui a, au final, engendré de nombreuses critiques et des derniers sketchs à On ne demande qu'à en rire qui n'ont pas reçus l'ovation espérée. En effet, lors de son premier prime en direct, Antonia joue le sketch Mais qui est vraiment Frigide Barjot, en pleine période de débat autour du Mariage pour tous et de réveil de l'église catholique. Le sketch fait l'unanimité auprès des téléspectateurs et du jury, mais visiblement pas auprès de toutes les franges de la population : "Le prime que j'ai gagné a valu à France 2 les foudre de l'Eglise catholique. Du coup, on m'a un peu censurée sur des choses et j'étais moins à l'aise. J'ai perdu confiance en moi à ce moment-là." Une censure ajoutée à une promotion draconienne pour sa participation au Festival d'Avignon a épuisé la comédienne, qui a pris des "fours" lors de ses derniers passages télévisés : "quand je me suis retrouvée dans cette situation là, j'ai eu 350 commentaires de soutien. Un four devant 50 personnes, 100 ou même 1000 personnes dans un salle, ça reste très intimiste. Un four devant des millions de spectateurs, c'est très dur. C'est aussi dur que c'est enthousiasmant de se prendre un énorme kif comme ça a été le cas de Frigide Barjot, où le sketch a été vu plus de 500 000 fois sur Facebook en même pas trois jours"


DĂ©couvrez le sketch Qui est vraiment Frigide Barjot d'Antonia de Rendinger


"J'aime bien avoir des personnages un peu trempés"


Antonia nous révèle cependant que l'émission a eu peu d'influence sur son spectacle et la manière de pratiquer son humour : "pendant une période, je faisais des allusions à l'émission, mais je les ai enlevées parce que je trouvais que c'était deux parts différentes de ma vie." Son spectacle, comme on vous l'a dit, relève beaucoup du théâtre, avec un véritable récit qui évolue autour de ses personnages : "j'aime bien l'idée de raconter une histoire ou en tout cas, que ce soit cohérent avec mon univers. Ce qui reviendra toujours dans mon spectacle, ce sont les personnages. Je trouve que la psychologie d'un personnage me permet d'écrire beaucoup plus facilement. Je suis contente d'avoir trouvé le créneau qui est un peu le théâtre à papa parce que ce que je fais, c'est un peu ce que faisaient des Robert Lamoureux, des Fernand Raynaud, des Sylvie Joly, des Valérie Lemercier et autres gens de cette génération là. J'aime bien avoir des personnages un peu trempés, un peu fort, qui osent."

En effet, de la concierge à la présidente hispanique en passant par la fille de mauvais genre, Antonia campe des personnages de caractère. Mais le personnage central de la pièce est celui de la concierge, une petite vieille coincée dans sa maison, son corps et sa vie : "j'aime beaucoup interpréter des personnes agées. Je trouve que les personnes âgées sont le miroir de notre avenir et ont un franc-parler. J'aime bien tout ce qui est très caricatural, interpréter les gens qui sont aux antipodes de ce que je suis."

"C'est un spectacle qui est en permanence en train de changer. Autrefois, il y avait trois sketchs de plus. Il y avait un sketch où je jouais un homme qui venait de se faire larguer. Il était sympa mais il m'abimait énormément la voix. Je jouais cinq fois et j'étais aphone." Antonia interprétait l'homme avec brio mais a donc abandonné ce passage. Peut-être pour affirmer son humour comme féminin ? "Je me situe pas dans l'humour féminin, je me situe dans l'humour. J'ai l'impression que en général, l'humour féminin a quelque chose d'un peu masculin en soi." Pourtant, les femmes dans l'humour semblent avoir du mal à se faire une place tant elles sont rares, mais Antonia dit ne ressentir aucune discrimination. Pour elle, c'est même "plus facile de se faire une place sur des plateaux quand on est une fille parce que ça devient une valeur rare. Il n'y a jamais eu de machisme. Je ne me suis jamais sentie devoir faire ma place et jouer des coudes au milieu des mecs. Au contraire, ils sont très galants et très gentils."


Découvrez la bande annonce de Travail, Famille, Poterie d'Antonia de Rendinger, mis en scène par Olivier Sitruk


"Je réfléchis très fort à un autre spectacle"


Désormais, Antonia est de retour à la télévision, d'abord en passant par Arte, une chaine pour laquelle elle travaille depuis plusieurs années, strasbourgeoise oblige. Elle interprète Marianne, symbole de la France dans une mini-série sur les relations franco-allemandes : "c'était une chouette expérience. Je suis super fière parce que la fille qui joue Germania en Allemagne est une mégastar, genre Alexandra Lamy. Je pense que pour Arte France, j'étais un peu l'humoriste montante."

C'est finalement sur France 2 avec Laurent Ruquier que Antonia signe un retour triomphal. Juste après son premier passage, nous avons pu recueillir ses impressions : "ça s'est super bien passé (rires). J'ai eu un bol monstre : le premier thème qu'on m'a donné, c'était Avez vous envie de devenir centenaire ? Il se trouve que j'adore jouer les vieux donc je me suis fait vraiment plaisir. Ca s'est suffisamment bien passé pour qu'on me dise à la semaine prochaine. J'espère y être une fois par semaine, ce serait bien."

Et en plus de ces nombreux projets, Antonia se projette dĂ©jĂ  dans l'avenir en pensant Ă  son prochain spectacle : "je rĂ©flĂ©chis très fort Ă  un autre spectacle et j'ai une super idĂ©e." Nous essayons d'avoir un scoop : "j'ai pas envie de donner mon pitch et je pense qu'il est vraiment intĂ©ressant dans ce que j'aime faire. C'est quelque chose qui me botte." Tant pis ! On ne peut que prendre son mal en patience en retournant inlassablement voir Travail, Famille, Poterie, histoire de s'Ă©merveiller un peu plus devant le talent de cette comĂ©dienne scandaleusement drĂ´le et douĂ©e. 


Les voeux d'Antonia de Rendinger


"J'espère faire du cinéma. J'aimerais qu'on me fasse des propositions de ce genre, histoire de changer un peu. Je rêve de pouvoir faire de l'impro à la télévision. Et puis faire l'Olympia. J'aimerais bien faire le tour du monde en catamaran (rires)."


Albin Duvert



  Articles les + lus 




Zapping