> > > Entrez et fermez la porte : casting de vie

Entrez et fermez la porte : casting de vie

[Rubrique : Culture] | Publié le : 29/01/2014



Elles sont jeunes, toutes différentes, mais toutes là dans le même but : briller durant ces quelques minutes de casting pour lequel elles sont venues. Une par une, elles défilent pour ce qui au delà d'un simple casting, deviendra une véritable et brève séance d'introspection. Chacune vient à tour de rôle devant un réalisateur invisible qui filme leur chair et leurs états d'âmes. La voix off de Jacques Higelin résonne, cruelle. Les filles tombent, échouent mais ne perdent pas possession de leur être face à la caméra dure et froide qui veut tout voir. 


La frontière entre l'art et l'humanité

Dans cette pièce qu'elle écrit et met en scène, Marie Raphaële Billetdoux symbolise le désir de gloire des jeunes filles, hypnotisée par les paillettes que le cinéma offre sans cesse à voir, avant qu'il ne fracasse en un instant cette apparence pour revenir à la franche réalité. Innocentes, les jeunes filles se présentent au réalisateur : "ce metteur en scène (...) est l'ogre des contes de toujours." Billetdoux questionne la frontière entre l'art et l'humanité, l'artiste et l'homme qui, même s'ils n'évoluent que dans un corps et ne s'exprime que par une voix, sont parfois deux êtres autant différents qu'intimement liés. De l'artiste brillant découle un homme cruel, presque pervers. Une épreuve que les jeunes filles doivent franchir avant de passer au statut de star, mais peut-être aussi de femme. 

Car ces filles qui défilent sont encore enfermées dans cette période de transition qu'est l'adolescence, où l'on se cherche, parfois dans de mauvais chemins. Ce casting, certaines le font sans vraiment de convictions, plutôt pour essayer de trouver un avenir qui leur conviendrait, ou bien parce que c'est "fun", selon l'Amoureuse. De ce texte aux thèmes mutiples découle une pièce dérangeante, sur le fil en équilibre entre le scandale et l'innocence. La pièce est portée par ses actrices qui interviennent seules en scène en réaction à cette voix au corps invisible qui s'adresse à elle, chacune interprétant de multiples personnages. On remarquera particulièrement les performances de Armelle Abibou et Aurélie Noblesse qui clôt la pièce dans un final au summum de l'intensité. 



Entrez et fermez la porte, de Marie (Raphaële) Billetdoux, avec Margaux Vallé, Léa Dauvergne, Camille Lockhart, Jeanne Monot, Armelle Abibou, Marion Trémontels, Aurélie Noblesse et la voix de Jacques Higelin, au Cine XIII Théâtre, jusqu'au 30 mars. 


Albin Duvert

Crédits photos : François Vila



  Articles les + lus 




Zapping