> > > Les Palmes de M.Schutz : la science du rire

Les Palmes de M.Schutz : la science du rire

[Rubrique : Culture] | Publié le : 23/01/2014



Quand la pièce Les Palmes de M.Schutz a été jouée pour la première fois, personne ne pensait qu'elle deviendrait un tel succès ! L'auteur Jean-Noël Fenwick écrit la pièce en 1988, autour de la découverte de l'uranium et du radium par Pierre et Marie Curie. Il ne s'agissait pas de faire une pièce scientifico-intellectuelle mais de romancer et célébrer cette révolution de la vie scientifique, dans l'humour et l'alégresse. Ses 4 Molières en poche, la pièce se jouera plus de 1000 fois à guichets fermés. 

Créée au Théâtre des Mathurins, c'est au théâtre voisin, le théâtre Michel, qu'elle renait sous la houlette de Patrick Zard', qui avait lui-même joué dans la version d'origine avant de se lancer dans une carrière brillante sur scène et au cinéma. Nostalgique de ces années de succès, il met en scène 24 ans après, cette histoire exceptionnelle du couple Curie, qui se découvre tout en découvrant le radium et l'uranium. Un sujet qui pourrait paraitre rebutoire pour certains, mais qui est traité d'une manière intelligente sans être intello, à la portée de tous mais surtout avec une terrible habilité des mots et des situations. 


De la finesse des mots à la force des jeux

Pierre Curie et Gustave Bremond sont enseignants et chercheurs à l'école de physique et de chimie de la ville de Paris. Mais le directeur M.Schutz, insatisfait de leurs résultats, leur impose un délai, ainsi que la charge d'une nouvelle étudiant polonaise. D'abord considérée comme un fardeau, la jeune femme va se révéler être d'une aide précieuse. Maria Sklodowska devient très vite un maillon brillant du laboratoire scientifique et en passant, la femme de Pierre Curie. A eux deux, ils parviennent à établir la radioactivité de l'uranium et découvrent un nouveau métal, le radium. Une découverte stupéfiante sous la pression de Rodolphe Schutz, plus à la poursuite de ses palmes académiques que du progrès scientifique. 

La vraie force de la pièce est l'engouement que provoque le récit chez les spectateurs : le public se passionne pour cette aventure de laboratoire, sans avoir à être pour autant un érudit en la matière. Du comique au burlesque, le texte est à la fois tendre et tordant, trouvant le juste équilibre entre le ludique et le divertissement. Agrémenté de péripéties hilarantes, de personnages hauts en couleur, le récit ne se perd pourtant pas dans ces digressions qui pourraient l'envahir jusqu'à le détourner de son but. Chaque évènement, du plus loufoque au plus malingre, participe à un ensemble jovial et enlevé. Chaque second rôle amène sa touche d'humour, depuis le recteur d'académie lubrique et ignorant à la serveuse-nourrice, qui comptera plus sur son franc-parler et sur sa générosité que sur son érudition pour apporter de l'aide au couple de scientifiques. 

La pièce ne saurait être mieux mise en valeur que par ses brillants acteurs, qui interprètent furieusement leurs rôles : Benjamin Egner, Constance Carrelet, Guillaume Bouchède, Valérie Vogt, Michel Crémadès et Daniel Hanssens (dont c'était malheureusement la dernière le 22 janvier) donnent tout le peps à un texte survolté, passionnant et fluide. C'est à lui que revient la palme !


Les Palmes de Mr Schutz de Jean-Noël Fenwick, mis en scène par Patrick Zard' au théâtre Michel, 38, rue des Mathurins 75008, du mardi au samedi à 21h, le samedi à 16h30 et le dimanche à 16h45 (34€ / 22€ réduit). Réservations au Afficher le téléphone


Albin Duvert

Photo de Franck Harscouët 



  Articles les + lus 




Zapping




  Articles les + lus 

Fusion Food : une spécialité nipponne à
découvrir !

Skinceuticals : Une gamme de produits
pour une peau parfaite

A chaque sport sa tenue

Bonjour Ivresse !

L'Alsace : la mythique brasserie
parisienne





Recommander cet article à un ami :