> > > Helmut sans le Fritz !

Helmut sans le Fritz !

[Rubrique : Culture] | Publié le : 19/12/2013



Tout le monde se souvient du tube Ca m'énerve, une chanson qui a marqué une génération de jeunes et clubbeurs et qui a lancé sur le devant de la scène l'artiste Helmut Fritz. Considéré trop vite comme un one-hit wonder humoriste à la Sébastien Patoche, Helmut (sans le Fritz) revient avec son nouvel album, Décalage Immédiat, plus sombre et mature, rompant avec le personnage qu'on avait pu connaitre. GuideParisMode a rencontré Helmut aux Salons du Louvre, bien loin de l'avatar, riche hériter allemand, qu'il s'était créé. Récit !

Découvrez Métro Boulot Disco, premier extrait de Décalage Immédiat d'Helmut


Ca m'énerve, un succès foudroyant

En découvrant Helmut, on ne peut que être surpris par la simplicité de la personne. Sobre et sympathique, Helmut met tout de suite à l'aise. Peut-être une trace de son passé conventionnel, avant qu'il devienne le phénomène haut en couleur de Ca m'énerve : "c'est vrai que j'ai d'abord eu une première vie conventionnelle où j'ai bossé costard-cravate, dans des boites diverses et variées où je tuais mon âme à petit feu." Une première vie dans laquelle Helmut se sentait littéralement enfermé et qu'il a pris la décision de quitter pour se consacrer à sa première passion : la musique : "j'ai toujours fait de la musique à côté de mes autres activités depuis assez jeune (...) Je me suis pas dit du jour au lendemain : "tiens, et si je faisais de la musique ? ". Il y avait vraiment une urgence psychique chez moi à le faire. Sinon, je pense que je serai devenu fou et j'aurais été malheureux toute ma vie."

Un départ qui a fini par payer puisque Helmut Fritz est propulsé au rang de phénomène grâce au titre Ca m'énerve, paru en 2009 et fredonné sur toutes les lèvres. Son ton sarcastique à l'écriture efficace, son clip scénarisé et humoristique et le personnage créé font sensation dans toute la France et même à l'international. Face à un tel succès, on ne peut que se demander comment Helmut a vécu cette période de sa vie : "c'est un mélange d'émotion (...) Il faut être préparé à la descente. Et moi, j'y étais préparé dès le départ. Mais peut-être un peu trop. J'ai pas l'impression d'avoir suffisamment profité de tout ce qui m'arrivait (...) C'est vrai que quand on est plus exposé, qu'on repart en studio et qu'on ne fait plus tout le temps des télés, des scènes gigantesques, ça manque. Mais c'est le métier." 

Un succès est toujours difficile à expliquer, mais surtout à prévoir. Ce n'est qu'avec le recul qu'on peut comprendre ce qui a pu séduire : un texte simple et efficace, un son clubbing etc. "Il y a eu un ensemble de choses, c'est un OVNI. Personne n'avait jamais créé un personnage comme ça, une sorite de sous Lagerfield avec un accent allemand (...) Ce qui est sûr, c'est que ça a touché les mômes, les jeunes, les gens de mon âges, des gens plus âgés... Ca a touché tout le monde."

Le personnage qu'Helmut Fritz s'est créé a certainement contribué au succès de la chanson. Un interprète à la forte personnalité a souvent tendance à apporter un supplément à la chanson, et Helmut Fritz était inédit et inimitable : "Au moment où j'ai écris Ca m'énerve, c'était très inconscient. Je me suis dit que je ne pouvais pas l'interpréter normalement. Il me fallait des artifices. Très vite, je me suis mis à la recherche d'une paire de lunettes particulière. On m'a confectionné un look particulier et Helmut Fritz est né." Le personnage d'abord né de la chanson, a réussi ensuite à se décliner en un album entier, comme si son histoire s'écrivait au gré de la musique : "à partir du moment où on crée un personnage, on lui invente une vie. Je lui ai créé une fausse biographie à l'époque où j'étais héritier d'un grand oncle fortuné écrasé par un sanglier. C'était tellement bien fait qu'il y a encore des gens quatre ans après qui pensent que je suis allemand et que je suis blindé. Du coup, on a fait un album concept. On a raconté plein de sujets pour le mettre en réaction face à des sujets de société."

Redécouvrez Ca m'énerve, d'Helmut Fritz


Le nouveau Helmut

Mais la période Ca m'énerve est désormais résolue et Helmut tombe le Fritz. Une décision qui doit signifier que l'artiste a tourné la page et veut présenter une nouvelle facette de sa personnalité d'artiste : celle du musicien : "C'est très compliqué de sortir d'un personnage (...) Mais j'ai pas envie de tricher et de rester enfermé dans le personnage face aux médias donc je le fais évoluer. L'album est plus le même. Les textes sont moins drôles, toujours sarcastiques mais c'est plus dark (...) Donc il y a une vraie évolution vers un travail plus construit. Et du coup, Helmut Fritz résonnait vraiment comme Ca m'énerve. Je voulais le signifier dès le départ pour envoyer un signal fort aux gens : Helmut, plus Helmut Fritz."

Du nouveau Helmut nait l'album Décalage Immédiat, ou plus exactement un double album puisque la première partie est composée de chansons originales et la deuxième de reprises avec des artistes de renom (Philippe Katherine, Julie Zenatti, Pep's etc.). Et le titre de l'album évoque justement cette dualité dans le contenu, une dualité entièrement assumée : "c'est deux ambiances différentes, c'est deux travaux très différents (...) J'ai fait ça sur une période donnée et on va le livrer aux gens tel quel parce que c'est la sincérité d'une année. Tant pis si c'est compliqué à vendre, tant pis si c'est compliqué à comprendre."

Décalage Immédiat est donc à nouveau un album concept, divisé en deux parties bien distinctes. Nous avons donc cherché à comprendre ce qui pouvait bien composer les deux galettes de ce projet. On sent bien qu'Helmut n'aime pas mettre un nom et des cases sur les choses mais il veut bien définir la partie originale comme "de l'électro pop avec des vibes disco funk. C'est très produit. Je me suis entouré de gens qui sont vraiment la fine fleur de ce type de sonorité en France aujourd'hui. Ce sont des petits génies du son. Par rapport au 1er album, je pense qu'on est vraiment un cran au dessus en termes de sonorité. Il y a quand même la grosse différence par rapport au 1er, c'est qu'il y a de vraies mélodies sur les refrains. C'est des morceaux beaucoup plus travaillé et aboutis." Mais si Helmut se félicite des producteurs du son de son album, les textes, qu'il écrit, revêtent toujours une importance capitale dans la transmission de messages forts : le stress, l'anorexie, le monde du spectacle... Certains sont beaucoup plus autobiographiques encore : "Plus là est beaucoup plus intérieur et personnel (...) Finalement, c'est ma vision du monde qui n'est pas très optimiste, mais qui est, je pense, assez lucide."

Découvrez Plus Là, le nouveau titre d'Helmut 

La deuxième partie de l'album est entièrement composée de reprise des années 80, enregistrées en duo avec d'autres artistes qui ont croisé le chemin d'Helmut depuis le début de sa carrière. Barbara Schulz, qui l'a coursé en moto pour lui dire qu'elle adorait son titre Miss France, a fait un détour par Paris lors d'un passage en France pour enregistrer 99 Luftballons. "Philippe Laville, on a fait un concert caritatif.  On était après en backstage bien bourrés tous les deux, je sais pas si j'ai le droit de le dire. On s'est titillé un peu, on a parlé de plein de choses. On a eu une conversation de vieille canaille. On s'est dit que ce serait cool de faire un truc. Puis on n'en a plus parlé. Et on a déjeuner un jour et je lui ai dit : "vu tout ce qu'on s'est dit à Toulouse, faut faire Vieille Canaille." A chaque fois, c'est des rencontres et du coup, une envie de partager avec la personne plus que de calculer."


Fritz : départ définitif ?

Helmut veut définitivement rompre avec son avatar Fritz. Une décision risquée puisque une grande partie du public avait connu le chanteur sous cette identité. Pourtant, Helmut nous assure avoir une fan base qui le soutient dans son évolution artistique : "ça les enchante et ils me disent tous : enfin, on va découvrir une nouvelle facette." Mais une partie des fans regrettent ce départ du Fritz : "il y en a qui me disent:  c'est plus le Helmut Fritz qu'on a connu (...) Par contre, là où le travail va être long, c'est auprès du grand public qui a écouté Ca m'énerve il y a quatre ans, qui a dansé dessus et qui a pas suivi par la suite. (...) J'ai vraiment pas choisi la facilité. La facilité, ça aurait été de dire : je tue Helmut et je fais un italien, Giorgio. Quelque part, peut-être que ça m'aurait permis de continuer à être exposé mais ça n'aurait pas été sincère. Peut-être que je me prépare à galérer un petit moment. En tout cas, cet album, il me met à la place où j'ai envie d'être."

Et sa place, c'est musicien à part entière. Pas question de faire le raccourcis en confondant Helmut avec un simple chanteur humoriste à l'instar de Sébastien Patoche, un phénomène beaucoup comparé à celui du Helmut Fritz de Ca m'énerve : "c'est du sarcasme. Et le sarcasme est une forme d'humour noir. Le terme de chanteur-humoriste, je trouve ça réducteur parce que pour moi, ça enlève toute la partie de production musicale (...) Quand on écoute le disque, on ne peut à aucun moment considérer que c'est un projet humoristique."

Helmut Fritz est mort. Vive Helmut. A moins que... Et si Helmut Fritz revenait ? "Je serais tenté de dire non parce que le cas contraire va à l'inverse de ma démarche. Aujourd'hui, j'en ai pas dut tout envie. Aujourd'hui, c'est plutôt quitter la carapace mais si je me réveille un matin avec une putain d'idée à la Ca m'énerve, je me l'interdirais pas". 

On prend note : pour le moment, on fait place à Helmut, artiste à part entière, musicien électro-pop qui revient avec un nouvel album produit, écrit et complet. Le chanteur a décidé de se débarrasser de cette couverture qui l'a longtemps protégé pour se mettre complètement à nu. Le personnage d'Helmut Fritz appartient au passé, même si il ne nous privera pas d'un bref retour, le temps peut-être d'un nouveau mégatube. Mais le Fritz a été si difficile à décoller que le risque à prendre est bien grand : "arriver dans ce métier sans être dans un personnage, je m'en rends compte aujourd'hui, c'est beaucoup plus simple pour la suite". 

Albin Duvert



  Articles les + lus 




Zapping




  Articles les + lus 

Fusion Food : une spécialité nipponne à
découvrir !

Skinceuticals : Une gamme de produits
pour une peau parfaite

A chaque sport sa tenue

Bonjour Ivresse !

L'Alsace : la mythique brasserie
parisienne





Recommander cet article à un ami :